Historique du Barreau

ANCIENS BÂTONNIERS DE SAINT-ETIENNE

Grace au concours de Monsieur Pierre GANIVET, Maître de conférence en Histoire du Droit à l’Université de Clermont Auvergne, ont pu être établies 37 notices biographiques des Bâtonniers ayant exercé ces fonctions depuis 1831 jusqu’à 1945. Elles permettent de saisir  l’implication professionnelle et locale de ces diverses personnalités.

Liste des notices biographiques

BAYON Adrien
BONNET Louis
BOUDOINT Jean
BRÉCHIGNAC Victor
BRUNON Louis
COURBIS Eugène
COURBON Ferdinand
CUNIT Jean
DESGEORGES Jacques
DURAND Amédée
ÉVRARD Jules
GACHET Marc
GAY Victor
GERMAIN DE MONTAUZAN Stéphane
HEURTIER Nicolas
HUMBLOT Ferdinand
HUMBLOT Henri
JARRE Joseph Vincent
JAUFFRET Adolphe
JUSSY Charles
LAFAY Pierre
LAFORGE Antoine
MAZODIER Jean
MEUNIER Claude Adolphe
MOREL Jérôme
MULSANT Sébastien
PEUVERGNE René
PONCETTON Auguste
PONCETTON Paul
PORTIER Léon
PRÉNAT Auguste
RIMAUD Jules
SOULENC Félix
TARDY Jean Marie
TÉZENAS DU MONTCEL Paul
VALETTE Étienne
VOILQUIN Joseph

Histoire de la Maison des Avocats
1636
: Construction de l’Eglise ou Chapelle des Pénitents, déclarée bien national en 1792. Elle a servi de salle de séances pour les Sociétés Populaires puis Magasin aux fers pour la Manufacture Nationale d’Armes.
1806 : Bourse du Commerce et dépôt pour le bois et les fusils.
1817 : Condition des Soies au 1er étage le rez-de-chaussée servant de local à un Temple Protestant, une école et au Fermier de l’Octroi.
1832 : Salle d’audience des Prud’hommes.
1833 : Création de la Chambre de Commerce par Ordonnance Royale du 10 mars.
1862-1866 : Travaux – Condition des Soies et Chambre du Commerce.
1890 : Restauration du Bâtiment.
1896 : Réalisation d’une peinture en plafond de la Salle d’Honneur par Mr Albert MAIGNAN représentant les industries de la région.
1895 : Mise en place des tapisseries tissées aux Gobelins dans la salle d’Honneur.
1903-1904 : Reconstruction de la toiture et surélévation de l’immeuble Départ de Condition des Soies par l’architecte LAMAIZIERE. Bâtiment destiné à la Chambre du Commerce et de l’Industrie.
1992 : Rachat de l’immeuble par l’Ordre des Avocats.
2005-2006 : Restauration des façades et de l’arche principale.

Histoire de Simone LEVAILLANT

slSimone LEVAILLANT est née à Saint-Etienne le 19/11/1904. Un de ses parents était Me Henri TORRES

Etudes de Droit à Lyon – Inscription sur la liste du Stage du Barreau de Saint-Etienne le 20/12/1927 – Première femme avocate du Barreau de Saint-Etienne (1927).

Simone LEVAILLANT fut membre du Comité National d’Etudes Sociales et Politiques, elle d’engage dans les luttes féministes – Conférence : La femme devant la Loi et dans la défense des mineurs (1931 fondation de la Fédération des Œuvres Publiques et Privées de l’Enfance de la Loire – 1935 Comité de Patronage des Enfants Délinquants et en danger moral du Département de la Loire puis Résistante pendant l’Occupation.)
Arrêtée le 14/03/43 puis déportée, Le Conseil de l’Ordre la maintiendra au Tableau jusqu’à l’année judiciaire 1956-57 avec la mention « Déportée par les occupants ».

 

L’Ancien Régime

Avant 1789 :
Baillage du Forez siégeant à Montbrison ressort dans lequel se trouve alors Saint-Etienne : 25 avocats – 20 procureurs en communautés
Baillage de Bourg Argental : 8 avocats – 5 procureurs

Justices Seigneuriales :
La juridiction comprenait : 1 juge, 1 châtelain, 1 lieutenant de juge, 1 procureur fiscal, 1 greffier, des avocats, des procureurs et des huissiers.
Marquisat de Saint-Priest – Haute justice de la Ville de Saint-Etienne
Marquisat de Saint-Chamond
Baronnie de Roche-la-Molière
Baronnie de Feugerolles
Baronnie de Rochetaillée
Seigneurie de Maleval
Seigneurie de Saint-Genest-Malifaux
Seigneuries de Fontanès

Justices d’Eglise :
Abbaye de Valbenoîte
Prieuré de Firminy

A la Révolution

1790 : Les anciennes Juridictions Seigneuriales sont remplacées par un Tribunal de District.

Au XIXème siècle

Saint-Etienne n’est pas une pépinière d’avocats (pas d’université ni de cour d’assises), le nombre d’avocats progresse et régresse dans la même proportion que la population active mais reste exceptionnellement faible pour une grande ville.